jeudi 31 mars 2011

Chaos et incertitude chez les dirigeants des rebelles libyens

http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,754035,00.html
Par Juliane von Mittelstaedt et Volkhard Windfuhr



The international community is using air strikes and missiles to defend freedom, human rights and democratic ideals in Libya. But are those also the values the rebels themselves are fighting for?

The chief of staff of the Libyan revolution receives guests in a villa not far from Benghazi's airport. When the uprising began, Abdul Fattah Younis was celebrated in the streets for having his soldiers raid the city's military base, thereby stripping Moammar Gadhafi of control over the eastern part of the country.Now, Younis has found shelter in a living room outfitted with brocade curtains and plush carpeting. When the general wants to know what's happening outside, he watches the BBC's Arab-language TV channel and calls his associates on a satellite telephone. It is his connection to the outside world -- a connection he uses to support American and French air strikes, which he keeps track of on a map along with the new front lines.The chief of staff of the Libyan revolution receives guests in a villa not far from Benghazi's airport. When the uprising began, Abdul Fattah Younis was celebrated in the streets for having his soldiers raid the city's military base, thereby stripping Moammar Gadhafi of control over the eastern part of the country.
Tomorrow, Younis will sleep in yet another house together with his wife and daughter, who sit next to him in silence. These days, Benghazi is home to hit squads of both rebels and Gadhafi loyalists. Shots pierce the nighttime silence. By sunrise, the morgues and emergency rooms are full.
Formerly Libya's interior minister, Younis has been leading the fight against Gadhafi since February 22. To that point, the brawny 66 year old with silver hair had spent almost his entire life serving the dictator. And for that reason, his defection marked a major turning point in this revolution. Now wearing green fatigues, he refers to himself as the chief of staff. This is not his first revolution, and he therefore knows that events now depend on military leaders rather than on politicians.


Posing for Photographs
Younis' special forces have vanished, having either deserted or rushed to the front. Now, he's assembling an army to liberate Libya. His associates, he says, have trained 15,000 men in recent weeks. In the Benghazi stadium, they learn how to shoot, to fire rockets and to drive tanks. They are taught to avoid the mistakes of the early days of the revolution, when the young fighters -- known as the Shabab -- accidentally killed each other up, ruined captured tanks and shot down their own airplanes. Younis, though, has been talking about these troops for weeks, and there is still little difference from the chaos seen at the beginning. Even with the backing of the air strikes, advances have been halting and temporary. They seem to prefer posing for photographs on wrecked tanks.
Since the air strikes began, the revolution has become a war with foreign support legitimized by a United Nations resolution and, as of this week, led by NATO. Western planes -- whether American, French, Spanish or Canadian -- have flown hundreds of sorties, bombing Gadhafi's supply convoys, military bases, tank columns and primary residence in Tripoli.
It was a moral decision, meant to help people rising up against one of the most brutal dictators in the Arab world. But there is no turning back. If the West intends to liberate the country from its dictator, it really has only three options: annihilate Gadhafi's forces in a massive bombing campaign; send in ground forces; or equip the rebels with heavy weapons. The rebels have ruled out peace negotiations with Gadhafi.
For the international community, the intervention in the Libyan conflict is about defending the fundamental values of freedom, human rights and self-determination. But the question is: Are all those who have a say in Benghazi just as interested in freedom, human rights and self-determination?

An Opportunist?
The first time that General Younis participated in a revolution was in 1969, in an uprising against the king. He was a 24-year-old army officer at the time, and he successfully took control of Benghazi's radio station. The revolution ushered Colonel Gadhafi into power, a man who calls himself "king of the traditional kings of Africa."
Younis rose to the rank of general. For 41 years, he headed Libya's special forces, from the end of one revolution to the beginning of the next. He was a rare constant in a country ruled by a paranoid leader, one who saw enemies everywhere. For the last three and a half years, Younis was also the interior minister, and many saw him as the country's second most powerful man behind Gadhafi. He says, however, that he was never a politician and that for four and a half months, he refused to assume the post. He only gave in, he says, on the condition that he would never fire upon his own people.
Still, there are many who do not trust Younis, particularly younger Libyans, who view him as an opportunist who waited six days before switching sides. But maybe Younis did indeed have too much of Gadhafi. Maybe he really does want to become a hero in this war of liberation?
Younis recounts how he sent a letter to Gadhafi in January warning him about unrest in the country and about the anger triggered by sharp rises in food prices. He says Gadhafi sent the letter back to him with the text crossed out in red pen. A warning letter -- that was Younis' form of protest.
Now Younis is a revolutionary for the second time -- but, this time, he says he's fighting for democracy. When asked the kind of democracy he envisions, Younis says: "I dream of a genuine democracy in which we Libyans can lead a five-star life. Libya earns $150 million (€106 million) with its oil -- in a single day. And just look around at the condition Benghazi is in!"
Fighting Could Drag On for Months
Younis believes that establishing a democracy in Libya won't be all that difficult. "We have no political parties, no diverse ethnicities or different religious beliefs," he says, "so it will be entirely unproblematic." Once his dream has been achieved, he adds, he intends to withdraw from public life and spend his time reading books.
It could be some time before Younis can make a dent in his reading list, however. The stakes are infinitely high for Gadhafi. He's not going to give up any time soon and fighting could drag on for months.
For the time being, it seems unlikely that Gadhafi's troops will be able to capture Benghazi, the rebel stronghold. But it's just as unlikely that the rebels will take Tripoli. Indeed, if the capital's inhabitants do not rise up, this will be a long war.
Still, Younis is optimistic. "In two or three weeks," he says, "the balance of power will tip in our favor." He speaks of reinforcement lines, positions and snipers -- all while trying to emit that calming aura of military professionalism. He fears nothing more than a sudden halt to the air attacks because he believes it would cause the resistance to crumble.
But, as long as they continue, he claims that Gadhafi's hometown of Sirte will be captured in at most 10 days, and that Tripoli will follow soon thereafter. Younis only believes the fighting will end once Gadhafi has either died or fled, perhaps to northern Chad. He puts the chances of the latter occurring at about 75 percent.
What happens after that is anyone's guess. Libya is a political no man's land. There are no parties or unions, and the highest form of political organization are soccer clubs. The only thing this country can draw on is the ruling elite in the leadership circle surrounding Gadhafi and his children.

A Growing Climate of Fear in Benghazi
Indeed, after six weeks of revolution, the tone is no longer being set by the youths, lawyers and professors that were there at the beginning, but also an increasing number of defectors from the old regime. Most of these men, in their ironed shirts and ties, were ministers, ambassadors, military officers or businessmen, and many of them had ties to Saif al-Islam, one of Gadhafi's sons. They all had good lives under the Gadhafi regime, and now that want to salvage what's left. Since the air strikes began, it's been clear that the end is coming for Gadhafi. So they are pushing their way to the forefront.
The National Libyan Transitional Council established in the revolution's early days is supposed to be replaced by a government. For now, there are people who refer to themselves as ministers without being able to explain who actually appointed them. The rebels have press spokesmen, who in turn have their own deputies. In the media center in Benghazi, one man runs around wearing his father's military decoration on his chest; another hands out business cards with gold filigree. The revolution has spawned a seemingly endless network of both real and imagined functionaries, and few know what they do or whether they wield any actual influence.
"The new ministers should take on tasks according to their abilities, but I'm not currently in a position to say exactly what that should look like," says Ahmed Khalifa, a rebel spokesman with light hair and a gold-buttoned blazer. Each day at the media center in Benghazi, Khalifa reads out the numbers of dead, wounded and captured, along with the names of the places that have been taken.
These ministers, Khalifa says, are to be experts -- professors, lawyers and business people -- from across the country, but will also include Libyans from abroad, who are now returning home. The names, though, remain secret: "It would be suicide to publicize them now," Khalifa explains. He has no answer, though, when asked what exactly a secret government should do. As to the qualitative difference between a self-appointed national council and a self-appointed government, he says, "the National Council had more general qualifications, while the government is more specialized."


Straight from the Soviet Revolutionaries
Not long later, however, it is said that there won't be a government after all. Instead, the National Council will be transformed into a "crisis management council."
Meanwhile, a quasi-president and quasi-prime minister are in place, both jockeying for position. The new prime minister is Mahmoud Jibril, whose job it is to lead the new government that may or may not exist. Jibril has spent much time traveling abroad, having met Bernard-Henri Lévy and Nicolas Sarkozy in France and Arab League Secretary General Amr Moussa and Egyptian military leaders in Cairo. The other man, the one people call "our new president" is Mustafa Abdel-Jalil, chairman of the National Council.
The one thing that unites these two men is that both were long-time supporters of the regime -- Jibril as an economic functionary and Abdel-Jalil as justice minister.
Abdel-Jalil wears a red wool cap and the lapels of his woolen coat bears pins in the colors of the revolution. The soldiers guarding his door wear cobbled-together uniforms and cartridge belts. A prayer rug is folded on the table and the prayer bump on Abdel-Jalil's forehead identifies him as a devout Muslim. He is unshaven, his eyes narrowed in exhaustion, and is currently giving interviews at 10-minute intervals. The sentences he speaks could have been lifted directly from a Soviet revolutionary handbook. "The National Council is legitimized by the local committees made up of revolutionaries in the liberated cities and villages," he declares.
To hear Abdel-Jalil talk, it sounds like the rebels gaining full control of the country is only a matter of technical details. He met with a UN special envoy and, Abdel-Jalil says, nearly every country in the world has established contact with him. He believes his forces will take Tripoli within a matter of weeks, and says leaders are in the process of getting an idea where immediate action must be taken -- in terms of health care, infrastructure and the reconstruction of destroyed buildings. So far they've achieved little, and city administration, schools, universities and oil production have all ground to a halt.
Asked when elections will be held, the president replies, "We're not concerned with these details."


Great Contacts with the WHO
Next to Abdel-Jalil sits a man in a chocolate-colored suit named Ali al-Essawi, 44, a former economic minister and most recently ambassador to India. He now calls himself foreign minister, although it's not entirely clear why -- perhaps because he's the only one here who speaks English. He says he's in excellent contact with the World Health Organization.
Most of those now calling the shots here are sons of the former regime and it's worth asking what kind of state they want to create. Is it possible for democracy to prevail after 41 years where politics were forbidden? Or will the revolution fail in the end, even if it succeeds in toppling Gadhafi? And perhaps the greatest danger of all: Could this country, cobbled together by force under Gadhafi, end up disintegrating back into its component parts, into tribes, criminal gangs, warlords and Jihad groups, well-armed with Western weapons?
Ahmed Khalifa, the revolution's spokesman, says all 30 of Libya's tribes have pledged their support to the National Council, with the exception of Gadhafi's tribe. "The Libyan people are united," he says. "We have as many supporters in Tripoli as we do here. There won't be a split between east and west, definitely not!" When it comes to the country's unity, Khalifa seems to speak in exclamation points. And it's impossible to find anyone who sees things differently.
Across the liberated east, rebel radio broadcasts spread both imagined victories and horror stories. First they said Khamis al-Gadhafi had been killed by a kamikaze pilot and that Ras Lanuf and Misrata were "80 percent" recaptured. Another broadcast reported 2,000 foreign workers from Egypt tied up and thrown into the harbor, while a conflicting report said the same people were used as human shields. A video currently in circulation claims to show members of the Khamis Brigade forcing African mercenary soldiers to eat meat from a dead dog. None of it can be verified.


On the Verge of Collapse
Six weeks after the revolution began, Benghazi, capital of free Libya, is descending into mistrust and fear. More stores have closed and most people no longer dare to give out their phone numbers. No one wants to say anything anymore beyond the revolution's set phrases -- nothing against the rebels and nothing against the government in Tripoli. One of many rumors says Gadhafi has spies within the National Council -- why else would it be the youth who are now being cut down?
A cartoonist and an actor who parodied Gadhafi at a demonstration are now dead. Mohammed Nabbous, who ran the rebels' television station, was shot by a sniper on March 19 in the middle of Benghazi, as he filmed the crash site where one of Gadhafi's fighter jets was shot down. Fathi Turbel, the lawyer whose arrest touched off the revolution as young people demonstrated for his release, has disappeared.
No one dares to go out at night, as rounds of machine gun fire thunder through the empty streets. National Council members are no longer seen in public and they're hard to reach for interviews. "There are death squads on both sides," says Nasser Buisier, who fled to the US when he was 17, but has returned for the revolution. Buisier's father is a former information minister, but was also a critic of Gadhafi, and his son doesn't have much that's positive to say about the new leadership. "Most of them never had to make sacrifices, they were part of the regime and I don't believe they want elections," Buisier says. He believes the National Council is on the verge of collapse and once that happens, he'd rather not be in Benghazi.
Buisier is heading back to the US, but is reluctant to say precisely when. He's afraid he's been blacklisted. He recently attended four funerals in a single day, for both rebels and regime supporters. Benghazi's central hospital admits five, sometimes 10, patients each day with gunshot wounds. Two pick-up trucks outfitted with machine guns guard the hospital entrance and photos of missing people adorn the walls.


'We Know Where They Are'
It is said that 8,000 people in Benghazi were government spies -- the rebels found their names in files kept by the secret police. Armed young men roam the streets at night, arresting regime supporters, but private acts of revenge take place as well.
Salah Sharif, a former prison guard, was found dead with half his head blown off. Officially, it was labeled suicide. "Of course he was killed," says a man who spent seven years in prison and suffered at Sharif's hands. "He specialized in torturing and interrogating people. Especially Islamists."
Around 100 regime loyalists have recently been imprisoned. Armed young men are searching houses and also arresting sub-Saharan Africans, anyone they assume to be mercenaries and all those they simply refer to as spies, locking them up in the same prisons once used to hold opposition members. They are then shown off to busloads of journalists. The prisoners sit in dark cells that stink of feces and urine. They say they're from Mali, Chad, Sudan, that they're construction workers and were dragged out of their houses.
The rebels' mood, exuberant and lighthearted in the beginning, has shifted. Their rhetoric is becoming increasingly tense and they dismiss any criticism as propaganda. One former air force commander -- now "spokesman for the revolutionary armed forces" -- says, "anyone who fights against our revolutionary army is fighting against the people and will be treated accordingly."
Another man, also a member of the National Council, talks about "enemies of the revolution" and declares that anyone who doesn't join the rebel side will get a taste of revolutionary justice: "We know where they are and we will find them."
These are the same threats, word for word, that Gadhafi uses to scare his opponents.
Translated from the German by Ella Ornstein and Josh Ward

Une femme accuse les kadhafistes de viol collectif- est arrêtée pour diffamation....

Le parquet continue d'enquêter sur les accusations de viol d'une jeune femme à l'encontre des hommes du régime libyen qui la poursuivent pour «calomnie», a déclaré mardi un porte-parole officiel en qualifiant ces accusations de «chose très grave».

Samedi, Imane al-Obeidi avait fait irruption à l'Hôtel Rixos à Tripoli en appelant les journalistes étrangers à l'aide. Elle avait montré des ecchymoses et des cicatrices sur ses cuisses, affirmant avoir été torturée et violée par des hommes du régime, avant d'être emmenée par la sécurité.

«Elle a donné des noms de personnes qu'elle accuse de l'avoir violée. Ils ont porté plainte contre elle pour «diffamation et calomnie» », a déclaré le porte-parole du régime à l'AFP, Moussa Ibrahim.

Il a ajouté que le parquet «enquêtait encore sur cette affaire», soulignant que la jeune femme était maintenue en liberté, «en attendant l'issue de l'enquête».

«Accuser quelqu'un de crime sexuel dans une société conservatrice comme la nôtre est une chose très grave», a-t-il souligné.

M. Ibrahim avait affirmé lundi que le parquet avait interrogé Imane al-Obeidi, en liberté, «sur les circonstances de l'affaire. Il s'agit d'une affaire criminelle et non politique».

Les larmes aux yeux, la jeune femme avait raconté devant les journalistes avoir été torturée et violée à «plusieurs reprises» par les «Kataeb (bataillons) de Kadhafi». Elle a dit avoir été arrêtée à un poste de contrôle de Tripoli parce qu'elle était originaire de Benghazi, fief de l'opposition dans l'Est.

«Ils m'ont lié les mains et ont abusé de moi durant deux jours», a-t-elle ajouté, montrant des contusions sur ses poignets.

Elle avait été ensuite emmenée de force dans une voiture. Un membre des services de sécurité avait alors affirmé qu'elle avait été hospitalisée, affirmant qu'elle était «folle», alors qu'un autre l'accussait d'être «ivre».


Une Libyenne accuse les miliciens de Kadhafi de... par euronews-fr

Attaque à la bombe d'une église au Liban, Zahlé

Une bombe a explosé sans faire de blessé dans la nuit de samedi à dimanche devant l'entrée d'une église à Zahlé, dans l'est du Liban, a annoncé dimanche un responsable de l'église.

La bombe, composée d'environ deux kilogrammes de TNT, a explosé vers 04H15 (01H15 GMT) devant une entrée latérale de l'église syriaque orthodoxe Sainte-Marie, a expliqué à l'AFP Mgr Youstinios Boulos Safar, évêque de Zahlé.

La porte a été soufflée, et à l'intérieur des bancs et l'autel ont été endommagés. Sept voitures garées à proximité ont également été touchées.

L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat.

"Je dénonce ce type d'attentat et j'exhorte les gens à rester calmes", a déclaré Mgr Safar, précisant qu'il comptait célébrer la messe dominicale dans l'église visée.

Moussa Koussa, ministre des affaires étrangères de Kadhafi, est réfugié à Londres

Maghreb intelligence

Moussa Koussa, ministre des affaires étrangères après avoir officié pendant 15 ans comme chef des services de sécurité et du renseignement extérieur de la Libye est né en 1950 à Tripoli.
Il n’est issu d’aucune grande tribu libyenne, mais d’une famille modeste. Après des études en Libye, il décroche en 1978 un diplôme de sociologie de la très réputée université du Michigan.

De 1979 à 1982, il sera responsable de la sécurité des ambassades libyennes pour l’Europe du Nord avant d’être expulsé de Londres où il a eu le rang d’ambassadeur. De retour en Libye, il parfait sa connaissance du monde du renseignement sous la férule du colonel Younes Belgasim. En 1994 c’est la consécration pour ce fidèle de Kadhafi. Après avoir brillé dans la gestion de « Al-Mathaba Al Thaouriya Al Alamia », il est porté à la tête des services des renseignements et chargé de prendre en main « l’initiation politique » du fils préféré de Kadhafi , Seif-El Islam Kadhafi.

Les deux hommes vont faire équipe dès la fin des années 90 pour coordonner avec les Américains et les Britanniques la lutte contre le terrorisme et préparer le retour discret de la Libye dans le concert des nations. Moussa Koussa à a son actif également la participation active au règlement de l’affaire de « Lockerbie » et l’arrêt du programme libyen de production d’armes de destruction massives, négocié à Londres lors d’un dîner très discret avec son homologue britannique.

Ce parcours fait de l’actuel ministre des Affaires étrangères libyens l’un des hommes clef de la Jamahiriya.

Même si plusieurs observateurs le déchargent de toute responsabilité dans la vaste opération baptisée « chiens errants » qui s’est soldée par l’exécution à l’étranger de certains opposants (opération attribuée à Abdallah Senoussi, Abdallah Ibrahim et Abdesalam Al Zedma), persistent encore quelques zones d’ombres portant notamment sur son passage au sein des ambassades libyennes en Europe qui coïncidaient avec les heures les plus sombres de la chasse aux opposants du « guide » en Occident. Ange ou démon ? Moussa Koussa tient certainement des deux, mais même ses adversaires les plus implacables reconnaissent à l’homme un sens du timing et un flair absolument irremplaçables dans la configuration actuelle. De même, son passé dans le renseignement où il s’est forgé une légende d’ « homme qui ne dort jamais », lui permet dans ses nouvelles fonctions de régler certaines questions délicates en activant ses réseaux dans le monde discret-mais puissant- de l’espionnage international…

C'est un coup dur pour la tyrannie de Kadhafi, c'est le personnage le plus important du régime à avoir fait défection.

Liban - Confessionnalisme et droits individuels

L'Orient le Jour via Jerusalem religions




Dans le cadre des conférences organisées par le groupe de réflexion Ninar à l’hôtel Le Gabriel, une conférence portant sur « l’empiètement du confessionnel sur les droits individuels » a été donnée par Marie-Claude Najm Kobeh, professeur à la faculté de droit et des sciences politiques de l’Université Saint-Joseph.

Situant « l’empiètement du confessionnel sur les droits individuels » par rapport à l’actualité libanaise, Mme Najm a noté qu’ « à l’heure où une portion importante de la société civile réclame l’abolition du système confessionnel, il est important de pouvoir réfléchir calmement à un aspect fondamental de l’évolution du droit libanais : celui d’une emprise croissante du confessionnel sur la vie civile et les droits individuels ». La conférencière s’est efforcée de décrire ce constat à travers quelques exemples, dont les principaux sont reproduits ci-dessous.

Le premier exemple donné est celui de l’échec du projet de statut civil facultatif du mariage, proposé en 1998 par feu le président Élias Hraoui. Malgré l’opposition du chef du gouvernement de l’époque, Rafic Hariri, le projet avait été adopté par le Conseil des ministres. Mais il s’était aussitôt heurté aux objections virulentes des autorités religieuses, notamment musulmanes. Le mufti de la République, le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Akl de la communauté druze avaient tous violemment exprimé leur opposition au texte. Quant aux autorités chrétiennes, elles n’avaient pas fait paraître de communiqués officiels. Il y avait eu des déclarations prudentes faites notamment par l’ancien patriarche maronite, Mgr Nasrallah Sfeir, qui avait rejeté le projet non seulement parce qu’il s’oppose à l’enseignement de l’Église, qui considère le mariage comme un sacrement, mais aussi et surtout dans le souci de préserver l’unité nationale, qui « impose de nous ranger aux côtés de nos frères musulmans ». Mme Najm a précisé que la Constitution libanaise, depuis les accords de Taëf, donne aux chefs des autorités religieuses le droit de saisir le Conseil constitutionnel pour les lois relatives, entre autres, au statut personnel. Par conséquent, si le projet avait été voté par le Parlement - ce qui était loin d’être garanti -, les autorités religieuses auraient eu la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel pour lui demander d’annuler la loi. Elles ont préféré sommer le gouvernement de « retirer immédiatement le projet sans discussion » (selon les termes du communiqué de Dar el-Fatwa). Résultat : au lieu d’être transmis à la Chambre des députés, comme l’exige la Constitution, le projet a été enterré dans les tiroirs du gouvernement.

Inégalité de droit
Ce recul de l’État libanais face aux pressions des autorités religieuses est profondément regrettable, a précisé la conférencière, pour deux raisons au moins : 1- D’abord, parce qu’il accrédite une idée fausse sur la nature des pouvoirs des autorités religieuses au Liban. Les communautés ne sont pas le pouvoir civil, car l’État libanais n’est pas théocratique : c’est l’État qui reconnaît, et qui peut contrôler et restreindre les pouvoirs des communautés. Le pouvoir de légiférer de l’État est un pouvoir originel et absolu qui est l’un des attributs de la souveraineté, comme l’a rappelé le Conseil constitutionnel dans de nombreuses décisions.

2- Ensuite, parce que la création d’un statut personnel civil est nécessaire pour mettre notre droit en conformité avec les droits fondamentaux que l’État libanais s’est engagé à garantir, dans sa Constitution et dans les traités internationaux qu’il a ratifiés. En effet, les divers statuts religieux - qui s’appliquent à titre exclusif puisqu’il n’y a pas de statut civil - comportent certaines règles contraires à ces droits fondamentaux. C’est le cas, par exemple, des empêchements du mariage pour différence de religion ou de confession, tel le mariage entre druzes et musulmans qui ne peut pas être célébré au Liban. Or l’interdiction des unions mixtes oblige à des conversions religieuses préalables au mariage, portant ainsi atteinte à la liberté de conscience garantie par la Constitution. De même, le principe de l’égalité de tous devant la loi, garanti par notre Constitution, est directement méconnu par les nombreuses discriminations fondées sur le sexe ou la religion (par exemple l’inégalité des époux dans le mariage, dans l’autorité parentale et la garde des enfants, l’inégalité entre le garçon et la fille en matière successorale, l’interdiction d’hériter entre musulmans et non musulmans, etc.). Enfin, le manque de neutralité et de transparence devant certains tribunaux ecclésiastiques, notamment dans les procès en annulation de mariage, constitue une violation claire du droit au procès équitable garanti par l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En s’abstenant de mettre en place une loi civile en matière de statut personnel, l’État libanais est responsable de l’application exclusive des statuts communautaires, portant ainsi indirectement atteinte aux droits fondamentaux qu’il s’est précisément engagé à garantir.

C’est dans ce cadre qu’il faut ressituer le débat sur le mariage civil au Liban et, plus généralement, sur toute laïcisation du statut personnel. L’article 9 de la Constitution libanaise impose à l’État de respecter la liberté de conscience. Or cette liberté n’est pas entièrement garantie dans notre pays : les individus qui adhèrent à des communautés non reconnues ou les individus athées, agnostiques ou libre penseurs, qui abandonnent leur communauté pour n’en rejoindre aucune autre, ne bénéficient actuellement d’aucun statut. Le fait que l’on ait autorisé les Libanais à supprimer la mention de leur confession sur les registres de l’état civil ne change rien à ce constat, puisque ces personnes se retrouvent sans statut, à chaque fois que leurs droits et obligations dépendent de leur appartenance religieuse (mariage, filiation, succession, etc., sans compter la participation à la vie politique ou la nomination aux postes de fonctionnaires de première catégorie). Or la liberté de conscience, qui impose à l’État de ne pas porter atteinte aux croyances religieuses, implique aussi une obligation positive, celle de respecter les croyances de ceux qui ne croient pas et notamment de ne pas les priver de statut juridique. Le projet de 1998 - en donnant aux Libanais une option entre le mariage civil et le mariage religieux - n’est donc pas contraire à l’article 9 de la Constitution, comme ont pu l’affirmer les chefs des autorités religieuses, c’est au contraire une exigence de la liberté de conscience garantie par cette Constitution.

Violence conjugale et compétence des tribunaux chériés
Marie-Claude Najm a donné un autre exemple, révélant l’empiètement du facteur confessionnel sur le pouvoir de l’État-législateur. En avril 2010, un « projet de loi portant sur la protection des femmes contre la violence domestique » a été soumis à l’examen du Conseil des ministres. Ce projet sanctionne la violence domestique sous toutes ses formes, y compris morale, économique et psychologique. Il crée de nouveaux délits, comme la contrainte de mariage et le viol conjugal, et renforce les sanctions qui peuvent aller jusqu’à la prison à perpétuité dans certains cas. La femme victime de violence domestique peut obtenir, sans payer de taxes judiciaires, un « ordre de protection » (amr himaya), qui peut conduire à éloigner le mari du domicile conjugal en cas de menace sur sa vie ou celle de ses enfants. Le projet porte création d’un ministère public spécialisé et d’un département spécialisé au sein des Forces de sécurité intérieure (FSI). L’article 26 considère comme étant « nuls et non avenus tous les textes contraires aux dispositions de la présente loi ».

Mais lorsque le texte avait été examiné en Conseil des ministres, le ministre représentant le Hezbollah s’y était opposé, au motif que ce texte conduirait à modifier les règles du statut personnel. Les tribunaux chériés sunnites avaient également fait part des mêmes craintes devant la Commission de législation et de consultation au ministère de la Justice, en indiquant que l’article 26 portait atteinte à leurs compétences. On redoute, en réalité, une interférence de la nouvelle loi avec les lois religieuses régissant le statut personnel, notamment pour les rapports conjugaux, donc un empiètement sur le domaine de compétence des tribunaux religieux.

Des lois déséquilibrées
En définitive, le Conseil des ministres avait pu adopter le projet, mais seulement après avoir modifié le contenu de l’article 26. Ce texte stipule désormais qu’ « en cas d’opposition entre les dispositions de la présente loi et celles des lois sur le statut personnel ou sur la compétence des juridictions musulmanes, ecclésiastiques et druzes, ce sont les dernières qui sont applicables en toute matière ». C’est dans cette nouvelle version que le projet de loi avait été déféré à la Chambre des députés.

L’objectif de cet amendement est de garantir la primauté des lois religieuses et la compétence des juridictions religieuses. Ce faisant, il vide le projet de son contenu et de sa vertu dissuasive. Et Mme Najm de donner l’exemple suivant : si une femme poursuit son mari pour l’une des infractions énumérées dans le projet de loi, se plaçant ainsi sous la protection des autorités civiles de l’État (FSI, ministère public, juge pénal), le mari pourrait opposer une règle ou une tradition religieuse qui lui est plus favorable, ou plus simplement soulever la compétence exclusive des tribunaux religieux en matière de rapports entre époux. Il pourra ainsi neutraliser la procédure intentée par la femme devant l’autorité étatique.

Ici encore, a noté la conférencière, l’État-législateur a révélé sa subordination au religieux. « Cela est d’autant plus regrettable que, contrairement au premier exemple sur le mariage civil, l’objet de la loi ne relève même pas de la sphère normale de compétence des autorités religieuses, il relève du droit pénal, donc en principe du domaine réservé de l’État », a-t-elle précisé. Marie-Claude Najm a également donné d’autres illustrations, avant de conclure en liant ces quelques exemples juridiques à l’emprise croissante des autorités religieuses sur la vie politique du pays. En effet, a-t-elle relevé, « ces quelques exemples ne sont que les aspects juridiques d’une tendance plus globale. Ils ont tous une cause et un effet communs : le recul de l’État et le développement du communautarisme, par grignotage systématique et sous couvert - à chaque fois - de protection des droits communautaires ou culturels et du pluralisme religieux ».

Interrogée ensuite sur l’actuel mouvement réclamant la suppression du système confessionnel, Mme Najm a affirmé le soutenir pleinement « car le système confessionnel nous ancre dans notre communauté au détriment de notre appartenance à la nation et empêche le Liban d’accéder à sa pleine souveraineté parce que les communautés deviennent souvent les instruments des puissances extérieures au sein du pays ». Elle a cependant estimé qu’ « il faut être très vigilant ». « Le mouvement encourt un risque de récupération politique par des parties dont la pratique est toute imprégnée de confessionnalisme, ce qui risque même de le dénaturer », a-t-elle expliqué, soulignant que celles-ci « peuvent soutenir l’abolition du confessionnalisme politique pour verser dans un système majoritaire sans garanties, tout en maintenant le confessionnalisme juridique qui doit précisément être supprimé. »

Mme Najm a également jugé que ce mouvement « reste insuffisant parce qu’il n’est pas encore arrivé à dégager des solutions de remplacement ». « C’est sur ces solutions qu’il convient de réfléchir et de faire preuve d’imagination, pour inventer un système politique libéré des clichés des siècles passés et adapté à notre société plurielle », a-t-elle dit.

Source : L’Orient-Le Jour, 30/3/2011

Liban, le patriarche maronite fait de la politique conformement à la tradition Orientale

L'Orient le Jour

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, s'est dit hier favorable à un gouvernement composé de technocrates et s'est prononcé résolument contre une équipe ministérielle monochrome.
Le patriarche a reçu hier, comme chaque jour, de nombreuses personnalités et délégations venues lui présenter leurs vœux à l'occasion de son élection à la tête de l'Église maronite.


Mgr Raï a en outre inauguré la nouvelle salle de presse du patriarcat, équipée par la Fondation maronite dans le monde, en présence de l'évêque Roland Abou Jaoudé, du père Élie Madi, du directeur du Centre catholique d'information, le père Abdo Abou Kassem, du responsable du protocole et des médias à Bkerké, Walid Ghayad, ainsi que des journalistes accrédités au siège patriarcal.
Répondant aux questions de ces derniers au sujet du retard dans la formation du gouvernement, Mgr Raï a insisté sur le fait que « le peuple libanais n'accepte plus ce délai ». « Tout est paralysé : les nominations sont bloquées et la plupart des responsables administratifs assument un intérimat, la vie politique, législative et exécutive est suspendue », a-t-il déploré. Et d'ajouter : « S'il n'est pas possible de satisfaire les revendications de toutes les parties qui composent la classe politique, pour ce qui est de la part de chacune au sein du cabinet, qu'on forme alors une équipe de technocrates qui ferait redémarrer le pays en attendant que les hommes politiques s'entendent au sujet de leur participation au pouvoir et au sein de l'administration. Il ne faut pas non plus que ce gouvernement soit monochrome, puisque la Constitution ne le prévoit pas. »

Le Liban organise le traffic d'employées de maison

L'Orient le Jour

« Le système du garant, le processus de recrutement, l'absence de protection légale et les pratiques qui régissent les conditions de travail des employées de maison migrantes au Liban placent ces travailleuses dans une situation de grande vulnérabilité, car elles sont à la merci de leur garant, souligne Kathleen Hamill. Cette situation est discriminatoire à l'égard des employées de maison et entraîne la mise en place d'un trafic. » Selon l'analyse légale de l'avocate, on assiste à un véritable trafic des employées de maison étrangères au Liban.
Cette militante se base sur la définition internationale du trafic humain, qui parle de recrutement, de transfert et de réception de personnes en vue de les soumettre au travail forcé et de les exploiter professionnellement ou sexuellement. « L'exploitation de cette main-d'œuvre vulnérable peut rapidement se transformer en travail forcé, en servitude, voire en esclavage, constate Mme Hamill.

Confiner une employée domestique à la maison, la priver de liberté, ne pas lui donner de jour de congé, confisquer son passeport, ne pas lui payer son salaire, l'abuser physiquement ou sexuellement sont considérés comme étant des situations de travail forcé », ajoute-t-elle.

« Souvent aussi, l'employée de maison est déçue par ses conditions de travail. Lors de son recrutement, on lui avait promis d'autres conditions », explique-t-elle. « Par ailleurs, 65 % des femmes interrogées durant l'enquête ont avoué avoir travaillé dans des situations proches de l'esclavage », fait-elle remarquer. Mme Hamill dénonce également les mesures prises par la Sûreté générale à l'aéroport de Beyrouth, qui privent les employées de maison migrantes de liberté de mouvement. « Le Liban a pourtant ratifié la Convention internationale contre le trafic humain en 2005 », observe-t-elle.

Face à cette situation, quatre pays, les Philippines, l'Éthiopie, le Népal et Madagascar, ont interdit à leurs ressortissantes de venir travailler au Liban. « Mais les autorités libanaises ne reconnaissent pas l'interdiction », déplore-t-elle.

« Frapper la bonne, une normalité »
Le professeur Ray Jureidini se demande, pour sa part, pourquoi ces abus au quotidien envers les employées de maison au Liban. « Pourquoi la violence, les agressions, les heures de travail exagérées, l'interdiction de repos, le harcèlement contre ces femmes migrantes ? » s'interroge-t-il, estimant que cela n'est « ni normal ni culturel ». « Car on ne peut généraliser », tient-il à affirmer, constatant qu'il existe d'excellentes relations entre les employées de maison et leurs employeurs. Et de se demander « pourquoi certaines employeuses maltraitent leurs employées de maison et d'autres pas ». « Peut-être faudrait-il offrir des services psychologiques à celles qui maltraitent leurs employées de maison », estime-t-il.

Analysant les raisons qui pourraient être à l'origine de la maltraitance par les employeuses de leurs employées de maison, le professeur Jureidini évoque « une colère ou une expérience négative durant l'enfance, qui pourrait avoir été mal intériorisée ». « Cela pourrait aussi être une mauvaise relation à la mère, de la haine à l'égard de personnes du même genre, une paranoïa envers la main-d'œuvre domestique ou un état pathologique, note-t-il.

L'employeuse peut également ressentir de la jalousie à l'égard de son employée de maison, craignant que celle-ci ne prenne sa place auprès de son mari et de ses enfants », ajoute-t-il.
Ray Jureidini va plus loin. « Au Liban, frapper la bonne est une normalité », dit-il. Il déplore l'impunité à l'égard des employeurs violents, constatant qu'il est difficile d'intervenir dans les affaires privées, et donc dans les foyers.
« Seule une réforme structurelle fondamentale, qui abolirait le système du garant, pourrait faire changer les choses », souligne-t-il. Sans oublier, bien entendu, la mise en place d'une loi du travail juste, qui garantirait les droits de la main-d'œuvre étrangère. Les deux chercheurs sont formels à ce niveau. Mais encore faudrait-il que les autorités réalisent l'urgence de la situation.

Syrie ; Massacre à Deraa , vidéo accablante

Ames sensibles s'abstenir!

Pour Assad, tout n’est que complot

Liberation
Syrie: «Le discours de Bachar al-Assad ne pouvait pas surprendre»

Fabrice Balanche est maître de conférences à l'Université Lyon 2 et directeur du Groupe de Recherches et d'Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) à la Maison de l'Orient. Spécialiste de la Syrie, il y a vécu plusieurs années.

Il décrypte la mise en scène et les points abordés par Bachar al-Assad dans son discours, le premier depuis le début de la contestation.

Le président syrien n'y a annoncé aucune réforme concrète, n'a pas évoqué la levée de l'état d'urgence (promise la semaine dernière par sa conseillère) et évoqué une «conspiration» venue de l'étranger.



Souriant. «Bachar al-Assad est apparu très décontracté, un peu à la Tony Blair. Il plaisante avec les députés, n'est pas rigide comme son père [Hafez al-Assad, dont il a hérité le pouvoir à sa mort, en 2000, ndlr]. Il joue sur une image sympathique, cherche à montrer qu'il est sûr de lui et de son pouvoir.»

Sunnites. «Au début du discours, un député, habillé comme un religieux sunnite, s'est levé. Il a imploré Bachar de "les protéger". C'était clairement une mise en scène, pour montrer que les sunnites sont du côté du pouvoir.»

Une «guerre des slogans». «Les députés ont scandé, pendant et après le discours, "Dieu, la Syrie, Bachar et c'est tout". C'est la phrase rituelle prononcée à l'égard des dirigeants en Syrie. Bachar a corrigé: "Non, c'est Dieu, la Syrie, le peuple et c'est tout". Les manifestants ont, eux, détourné cette phrase, et scandent "Dieu, la Syrie, la liberté et c'est tout".»

La conspiration venue de l'étranger. «C'est une rhétorique très classique, je ne m'attendais pas à autre chose. Ce sont des arguments qui portent, la plupart des gens y croient. Le pays vit dans cette ambiance depuis 1963 et la prise du pouvoir par le parti Baas.

«Il a évoqué un plan américain qui, depuis 2001, viserait tour à tour l'Afghanistan, l'Irak, le Liban, etc.

«A propos de Deraa [la ville qui s'est soulevée la première, sévèrement réprimée, ndlr], il a dit que ce n'était pas possible que ce soient les habitants qui manifestent car, étant proches de "l'ennemi sionniste" (ce sont les termes qu'il a employés), ils savaient mieux que les autres les dangers qu'encourrait la Syrie.

«Il a donc clairement accusé Israël d'avoir manipulé les gens de Deraa. A Lattaquié [où se sont déroulés de violents affrontements ce weekend, ndlr], il a sous-entendu que c'était le Liban de Saad Hariri qui était intervenu.»

Les réformes. «Il n'a annoncé aucune mesure concrète, ni même évoqué l'état d'urgence. Sa conseillère avait déjà parlé de tout cela la semaine dernière et, pour lui, c'est du menu fretin. Lui, il est là pour parler du monde arabe, de la place de la Syrie, du complot, etc.

«Il s'est présenté en grand réformateur, a prétendu que les réformes avaient déjà été lancées en 2005. A appelé le peuple à la patience, demandé du temps.

«Bachar n'est pas fou. Il a vu ce qui s'était passé en Tunisie et en Egypte, son régime a imaginé les différents scénarios en cas de contestation. Là, ils ont clairement choisi de ne rien lâcher sous la pression, contrairement à ce qu'avaient fait Ben Ali et Moubarak.»

Héritier. «La teneur du discours était attendue. Bachar al-Assad ne pouvait pas surprendre, car il est l'héritier d'un système. Il essaie de réformer à la marge, mais il ne peut pas changer les choses en profondeur. S'il va trop loin, le régime tombe. Car celui-ci est aux mains d'une communauté minoritaire en Syrie, les alaouites. En cas de libéralisation de la vie politique, le régime saute.»

Et maintenant? «Le test, ce sera vendredi: y aura-t-il des manifestations monstres après la grande prière? L'opposition syrienne est-elle complètement muselée ou est-elle capable d'organiser ces manifestations? Il faut que cela bouge partout dans le pays, au même moment. Sinon, le régime enserre la ville rebelle, envoie les troupes, et c'est le massacre. Je pense que les services de sécurité vont convoquer les imams et leur faire la leçon.»

mardi 29 mars 2011

Les frères musulmans, la force montante en Egypte

NewYorkTimes

LE CAIRE - Dans l'Egypte post-révolutionnaire , où entrent en collision l’espoir et la confusion dans la lutte pour construire une nouvelle nation, la religion est devenue une force politique puissante, à la suite d'un soulèvement qui a été fondée sur les idéaux laïques.

Les Frères musulmans , un groupe islamiste interdit autrefois par l'Etat, est au premier plan, transformé en un partenaire tacite avec le gouvernement militaire que beaucoup craignent déjouer des changements fondamentaux.Il est également clair que les jeunes militants laïques instruits qui ont initialement propulsé la révolution non idéologiques ne sont plus la force d'impulsion politique - du moins pas pour le moment.

Comme le mouvement d'opposition le mieux organisé et le plus étendu en Egypte, les Frères musulmans devraient avoir un avantage dans la compétition pour influencer les évènement. Mais ce qui surprend beaucoup est son lien au pouvoir militaire qu'il a vilipendé.

"Il existe des preuves que la Fraternité a conclu, très tôt, une sorte d'accord avec les militaires», a déclaré Elijah Zarwan, analyste principal à l' International Crisis Group . «C'est logique si vous êtes l'armée - vous voulez la stabilité et plus personne dans les rues. La Fraternité est une organisation qui peut faire partir 100.000 personnes de la rue. "

Il ya une bataille qui consume l'Egypte sur le sens de sa révolution, et le conseil militaire qui maintenant la gestion du pays envoie des signaux contradictoires.
Mercredi, le Conseil a approuvé un plan visant à interdire des manifestations et des sit-ins. Puis, quelques heures plus tard, le procureur a annoncé que l'ancien ministre de l'Intérieur et d'autres agents de sécurité seront poursuivis pour les massacre de centaines de personnes au cours des manifestations.

Les Égyptiens recherchent de signes de clarté dans ces déclarations, dans l'espoir de discerner le sens d'un état dirigé par un conseil secret militaire, porté au pouvoir par une révolution fondée sur les exigences de démocratie, la primauté du droit et la fin de la corruption.

«Nous sommes tous inquiets", a déclaré Amr Koura, 55 ans, un producteur de télévision, reflétant les opinions de la minorité laïque. «Les jeunes n'ont plus de contrôle de la révolution. C'était évident ces dernières semaines quand vous avez vu beaucoup de gens barbus prendre tout en charge. Les jeunes sont partis. "

Les Frères musulmans sont également considérés avec méfiance par certains religieux Egyptiens , qui y voient une société secrète élitiste, . Ces soupçons ont créé des opportunités potentielles pour les autres parties.

Six groupes de l'aile salafiste ultraconservatrice de l'islam ont également vu le jour après que l'élimination du  président Hosni Moubarak, ainsi qu'un parti appelée Al Wassat, conçu comme une alternative plus libérale à la Fraternité.

Au début de la révolution, la Fraternité a été réticente à adhérer à l'appel à manifester. Elle a rejoint le mouvement seulement après qu'il était clair que le mouvement de protestation avait gagné en force. Tout le long, la Fraternité a gardé un profil bas, en vertu d'un instinct de survie aiguisé au cours des décennies de répression par l'Etat.

La question à l'époque était de savoir si la Fraternité essaiera de prendre les rennes grâce à sa structure organisationnelle supérieure. Il semble maintenant que c'est le cas.

"La Fraternité n'a pas voulu cette révolution, elle  n'a jamais été un mouvement révolutionnaire», a déclaré M. Zarwan de l'International Crisis Group. «Maintenant, que c'est arrivé, ils ont participé avec prudence, ils réalisent qu'ils peuvent viser plus haut."

Actuellement, il y a de plus en  plus de preuves de la montée de la Fraternité et de la force irrésistible de l'Islam.

Lorsque le Premier ministre nouvelles, Essam Sharaf , s'est adressé à la foule dans la place Tahrir, ce mois-ci, Mohamed el-Beltagi, un membre éminent des Frères, se tenait à ses côtés. Un membre des Frères a également été nommé au comité qui a rédigé des amendements à la Constitution.

Mais  l'exemple le plus flagrant a été le récent référendum sur les amendements à la constitution, le premier scrutin de l'ère post-Moubarak. Les amendement appellent à hâter le processus électoral pour que le scrutin parlementaire ait lieu avant Septembre , suivi de prés par la course présidentielle. Ce calendrier accéléré est considéré comme donnant un avantage à la Fraternité et à ce qui reste du Parti National Démocrate de Moubarak ., qui ont des réseaux nationaux. La prochaine législature doit superviser l'élaboration d'une nouvelle constitution.

Avant le vote, Essam el-Erian, un chef de file et porte-parole des Frères, est apparu dans émission de télé populaire , "la réalité", plaidant pour la position du gouvernement en faveur des amendements. Avec une participation record, le vote a été salué comme un succès. Mais la campagne du "oui"  a été largement basée sur un appel religieux: les électeurs ont été avertis que s'ils n'approuvaient pas les amendements, l'Egypte deviendrait un Etat laïc.

lundi 28 mars 2011

la Syrie met et scène la "conspiration étrangère" : 2 Américains arrêtés

Europe1 et WATAN
Un ressortissant américain, présenté par les médias syriens comme ayant incité à des protestations contre le pouvoir, a été arrêté à Damas, ont indiqué dimanche des médias officiels. Le jeune homme, dont l'identité n'a pas été révélée, est présenté comme un ressortissant égyptien muni d'un passeport américain, travaillant en Syrie et ayant visité Israël en secret. Le jeune homme aurait affirmé qu'il recevait de l'argent de l'extérieur en échange de la transmission d'images et de vidéos concernant la Syrie, selon les médias.
Un deuxième américain est arrêté lui aussi...
La Syrie est en guerre avec Israël, visiter Israël est un crime et est équivalent à avouer qu'on est un ESPION.

Egypte : un chrétien se fait couper l’oreille pour avoir eu des relations avec une musulmane


Rappel: En Egypte, une immense majorité est favorable à la charia. 82% des égyptiens musulmans sont en faveur de la lapidation pour punir l’adultère et 84% sont pour la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam (lire).
 Un groupe de musulmans a attaqué Ayman Anwar Mitri, un homme de 45 ans chrétien copte de la ville de Qena en Haute Egypte, et lui ont coupé l’oreille. Les musulmans ont affirmé qu’ils ne faisaient qu’appliquer la charia parce que M. Mitri aurait eu une ”liaison illicite” avec une femme musulmane.
Les musulmans ont appelé la police et dit ”Nous avons appliqué la loi d’Allah, maintenant et [vous pouvez] appliquer votre loi”, a raconté M. Mitri dans une interview à l’Organisation égyptienne des droits de l’homme.....


....La locataire, Sabrin, est alors venue et ils l’ont forcée à déclarer qu’elle avait une relation avec M. Mitri. “Au début, la femme refusait, mais après avoir été battue, elle a accepté”, a déclaré M. Mitri.
Ils ont alors fait asseoir Mitri sur une chaise, et un musulman nommé elHusseiny lui a coupé l’oreille.

Vidéo horrible : en 2008, Maher Al-Assad inspecte les restes de prisonniers à Sednaya dans les gravats


Attention ! Vidéo choquante, âmes sensibles s'abstenir ! Un groupe de soldats accompagne Maher, le frère de Bachar Al Assad,  dans la prison de Sednaya. Des restes humains jonchent les gravats. Maher, une main dans la poche, filme tranquillement la scène de son crime. Ce n'est pas la première fois que des scènes extrêmement choquantes nous proviennent de la Syrie.
Voici des forces spéciales syriennes qui mangent des scorpions et tuent des serpents avec les dents :



Voici des FILLES qui font la même chose devant un parterre de généraux et d'officiels Baathistes présidés par Hafiz Al Assad, le père de Bachar et de Maher :



Voici la même scène mais en plus elles tuent des petits mammifères, la vidéo est de mauvaise qualité, on dirait qu'elles tuent des chiots.

C'est Sadam Hussein qui a donné cette vidéo à Donald Rumsfeld pour lui démontrer la sauvagerie des Assad. La vidéo provient du site de Rumsfeld

glenn beck sur la libye et Obama

dimanche 27 mars 2011

vidéos de la révolte syrienne

Grande mosquée d'Alep http://www.youtube.com/watch?v=Vui2sulmFIA

http://www.youtube.com/watch?v=McFzpCsffh0

DAMAS Mosquée des Ommeyades http://www.youtube.com/watch?v=axtNyTP5sRE

Douma http://www.youtube.com/watch?v=1Mc3__WXo7M

DAMAS http://www.youtube.com/watch?v=KWkWZJQUUmY

http://www.youtube.com/watch?v=K8LrlD2_M9o

ALEP deuxième tentative de démonstration http://www.youtube.com/watch?v=b5IJKoFy94g

HAMA http://www.youtube.com/watch?v=ywviRWqZE7U

Arc de Triomphe à Lattaquié   http://www.youtube.com/watch?v=D7x7GAUXymo
http://www.youtube.com/watch?v=ekgWPx_AXAM

http://www.youtube.com/watch?v=uyhg2PzQx9g

http://www.youtube.com/watch?v=qtic0JHcSEs

http://www.youtube.com/watch?v=tnMU5sOlXwA

http://www.youtube.com/watch?v=vnrb3h0boEE

http://www.youtube.com/watch?v=2L_mxfFZP-0

Egypte, la junte militaire interdit la grève et les manifestations. Human Rights Watch proteste

Egypte, Conseil des ministres le 23 mars 2011: 

7 - Le Conseil des ministres a réaffirmé la nécessité d'un arrêt immédiat de toutes les manifestations et des grèves à l'échelle nationale  vu que le cabinet a reçu énormément de demandes légales et y avait répondu, d'autres demandes sont étudiées, le gouvernement s'emploie à élaborer un cadre complet pour faire face à des politiques de l'emploi et des revenus. Dans ce souci, le cabinet annonce ce qui suit conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés;

1 - Toute personne qui manifeste   ou qui favorise une grève ou qui y participe sera punie d'un emprisonnement et / ou d'une amende  de 50.000 EGP minimum (8400$) et de EGP 100.000 (16800$) maximum , au cas où ces grèves prises en cas d'urgence conduit à la prévention ou l'arrêt de travail dans l'un des institutions de l'Etat, les autorités publiques ou entreprises privées ou publiques.

2 - Au cas où le manifestant ou greviste aurait été violent, la peine  ne sera pas inférieure à un an de prison et / ou une amende comprise entre 100 000 livres égyptiennes 500 000 livres ou si la manifestation ou la gréve a conduit à des actes de sabotage des moyens de production, ou a une influence négative sur l'unité nationale ou sur la paix sociale le systeme en general o qu'lle a nuit à l'argent public ou privé, aux bâtiments ou aux biens.

3 - Toute personne qui, verbalement ou par écrit a incité ou a appelé à une des activités mentionnées ci-dessus sera emprisonnée  et payera une amende d'au moins 30.000 EGP et au maximum 50.000 EGP.


Human Rights Watch (HRW)New York) - L'annonce par le conseil des ministres égyptien du 23 Mars 2011, d'une nouvelle loi interdisant les grèves et les manifestations qui entravent le travail des institutions publiques de protection viole le droit international pour la liberté de réunion et doit être annulée immédiatement ,a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Les conclusions du cabinet que cette loi est une mesure exceptionnelle en vertu de la loi d'urgence du pays, qui est toujours en vigueur, est un rappel de la nécessité d'abroger la loi d'urgence immédiatement, a déclaré Human Rights Watch. La fin de l'état d'urgence a été l'une des principales demandes des manifestants qui s'étaient rassemblés dans la place Tahrir.

"Cette interdiction générale pratiquement sur les grèves et manifestations est une trahison de la demande des manifestants place Tahrir pour une Egypte libre, et une gifle au visage des familles dont les proches sont morts pour la liberté de protester", a déclaré Sarah Leah Whitson, directeur de HRW pour  Moyen-Orient et de l'Afrique Nord. "Toute véritable transition vers la démocratie doit être fondée sur le respect des droits fondamentaux de la population, y compris leur droit de manifester."

Dans le procès-verbal de sa troisième réunion, sur Mars 24, publié sur son site officiel, le conseil des ministres égyptien a annoncé la loi, qui criminalise et impose des sanctions financières pour les grèves et les manifestations, et a dit qu'il avait envoyé  la loi pour ratification aux militaires du Conseil suprême .
 La nouvelle loi prévoit la peine "d'emprisonnement ou une amende d'au moins 50.000 livres égyptiennes (8400 $), et pas plus de 100.000 livres égyptiennes (16 806 $) pour tous ceux qui appelent, pendant l'état d'urgence, à des manifestations, grèves, sit -ins, ou des rassemblements, ou qui participer à l'une des ci-dessus, faisant obstacle obstruction à la bonne marche d'une des institutions de l'Etat ou qui empêche des autorités publiques d'exercer leur rôle. "

syrie : la révolte s’étend dans le pays- une vidéo dramatique de Sanamin

Pour la Turquie la France est "hors jeu" en Libye

France Soir

« Paris commence à être hors circuit » : vendredi, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, visant Nicolas Sarkozy, n’y est pas allé de mainmorte. Pour que les choses soient bien claires, il a ajouté qu’il trouvait « très positif » que, s’agissant de la Libye, la France soit, selon une expression qui n’engage que lui, en passe d’être mise « hors circuit ».La colère du chef du gouvernement turc a des motifs internes et externes. Il va y avoir en juin des élections législatives en Turquie, et Erdogan, aux prises avec un parti islamo-conservateur qui multiplie les déclarations nationalistes et anti-occidentales, n’entend pas, chez lui, se laisser déborder. Alors, taper sur Sarkozy !…

Ce n’est pas tout : le Premier ministre turc a, contre la France, de sérieux motifs d’agacement. D’abord, à Paris, on ne veut pas – c’est confirmé – d’une entrée en bonne et due forme de la Turquie dans l’Union européenne. Ensuite, Erdogan – déjà ulcéré de n’avoir pas été invité le 19 mars à Paris au sommet de Paris sur la Libye – est en désaccord sur deux points cruciaux avec la « ligne Sarkozy » : il ne comprend pas pourquoi la France tergiverse et chipote sur la décision prise (et entérinée) de confier à l’Otan le contrôle de la zone d’exclusion aérienne sur la Libye. Il l’admet d’autant moins qu’il ne veut pas, par ailleurs, de « frappes au sol ». Or Sarkozy – et il n’est pas seul – y tient absolument. Dans sa colère, Erdogan, exploitant outrancièrement un mot maladroit (comme dit Alain Alain Juppé) du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, reproche à la France de rêver en Libye d’une « croisade ».

Syrie ,l'armée investit le riche port de Lattaquié

Le MONDE

Confronté à des troubles sans précédent, le pouvoir syrien a décidé d'envoyer l'armée dans la ville portuaire de Lattaquié, dimanche 27 mars, après une journée de violence lors de laquelle manifestants et autorités se sont mutuellement accusés d'être à l'origine des troubles.Le gouvernement syrien affirme que 12 personnes, 10 policiers et deux manifestants armés, sont mortes dans la journée de samedi. 200 personnes ont également été blessées. Damas a accusé des "extrémistes musulmans d'être derrière l'attaque". Des militants réformistes en exil affirment de leur côté que six personnes ont été tuées par les forces de sécurité syriennes depuis vendredi.

L'arrivée des forces armées a été annoncée dans plusieurs journaux syriens proches du pouvoir. Le quotidien Al-Watan affirme que l'armée a pour mission "de mettre fin à la destruction et aux meurtres". Techrine, autre organe du pouvoir, parle de 150 blessés vendredi et samedi, sans faire la distinction entre civils et militaires. Des sources médicales indiquaient que deux manifestants avaient été tués, samedi, après avoir tenté d'incendier un local du parti Baas du président Bachar Al-Assad.

La présence de soldats est confirmée par des habitants, cités anonyement par Associated Press. Ils affirment que des unités sont déployées dans des endroits stratégiques de Lattaquié, une des villes les plus prospères de Syrie peuplée de sunnites, de chrétiens et d'allaouites.

Boussaina Chaabane, conseillère du chef de l'Etat syrien, a indiqué dimanche que le président Al-Assad s'adresserait "très bientôt" à son peuple "pour expliquer la situation et clarifier les réformes qu'il entend mener dans le pays". Elle a également fait savoir que les autorités avaient déjà pris la décision d'abroger la loi d'urgence en vigueur depuis 1963, une promesse faite par Bachar Al-Assad pour apaiser la colère populaire.Samedi, un local du parti Baas et un commissariat avaient été incendiés à Tafas, près de Deraa, épicentre de la contestation dans le sud du pays. Des milliers de personnes s'y étaient rassemblées pour les obsèques de Kamal Baradan, un manifestant tué la veille.

A Deraa même, des centaines de contestataires ont à nouveau occupé la place centrale, samedi. Selon Amnesty International, la répression des manifestations a fait au moins 55 morts au cours de la semaine écoulée dans cette région. D'après des témoignages rapportées notamment par Al-Jazira, une vingtaine de protestataires ont trouvé la mort dans la seule journée de vendredi.

Des manifestations ont aussi eu lieu dans la capitale, Damas, et à Hama, plus au nord, théâtre d'une répression sanglante d'un soulèvement islamiste qui avait fait jusqu'à 20 000 morts sous le régime de l'ancien président Hafez Al-Assad en 1982. A Sanamein, dans le sud du pays, des habitants ont rapporté que 20 personnes avaient été tuées lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur la foule rassemblée devant un bâtiment utilisé par les services de renseignements militaires.

Sept Estoniens enlevés au Liban dans une zone palestinienne pro-syrienne toujours introuvables, un suspect arrêté

L'Orient le Jour

Les recherches en vue de retrouver les sept Estoniens enlevés mercredi dernier dans la Békaa se sont intensifiées, samedi, dans la région où l'armée libanaise a élargi la zone des recherches et arrêté un suspect dans la localité de Sanwbra, près de Majdel Anjar. Selon des informations puisées à bonnes sources, les forces de sécurité sont parvenus à cerner la région où les Estoniens pourraient être détenus, les alentours de Snawbra, étant donné que les caméras de surveillance n'ont pas pu détecter des traces des ravisseurs en dehors de cette zone.


D'un autre côté, une délégation diplomatique et sécuritaire europénne, qui englobe des officiers de l'ambassade de France et un diplomate estonien, a accompagné les forces de sécurité libanaises dans une tournée couvrant la région de l'enlèvement pour suivre l'affaire sur le terrain.
L'armée et la police ont établi des barrages dans la localité montagneuse de Kfarzabad et ses environs vers où les hommes armés se sont dirigés après avoir enlevé les cyclistes, a précisé un porte-parole de l'armée. "Nous avons établi une cellule d'opérations dans la région et nous sommes en train de chercher tout endroit suspect", a-t-il dit sous le couvert de l'anonymat.
Les Estoniens, des hommes âgés de 25 à 40 ans, étaient venus au Liban de Syrie à travers le poste-frontière de Masnaa et avaient été interceptés mercredi dernier par des hommes armés à bord de deux minibus et d'une Mercedes dans la cité industrielle de Zahlé, selon des responsables de sécurité.


Le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP)-Commandement général, un groupe palestinien prosyrien armé, a une base militaire dans la zone. Un responsable des services de sécurité libanais avait indiqué que "les trois véhicules transportant les sept Estoniens ont été aperçus à l'entrée de Aïn el-Baida", position du FPLP située non loin de la base principale de ce groupe. Le responsable n'a pas donné d'autres détails.

Jordanie: l'opposition islamiste réclame la démission du Premier ministre

AFP 
De Randa HABIB (AFP)

AMMAN — La puissante opposition islamiste en Jordanie a appelé samedi au départ du Premier ministre Maarouf Bakhit, le rendant responsable des violences contre des manifestants réclamant des réformes qui ont fait un mort et 160 blessés la veille à Amman.
"Ce gouvernement doit démissionner ou être limogé, un gouvernement qui fait couler le sang de ses citoyens perd sa légitimité", a affirmé lors d'une conférence de presse cheikh Hamzeh Mansour, chef du Front de l'action islamique, branche politique des Frères musulmans.
Le groupe des "jeunes du 24 mars", dont le camp de protestation installé à cette date dans le centre d'Amman pour exiger des réformes a été démonté vendredi par la police, a également demandé que M. Bakhit, ainsi que des chefs du Renseignement et de la gendarmerie soient limogés et poursuivis en justice.
"Nous sommes arrivés à un point de non-retour (...). Nous allons étudier les moyens de poursuivre la contestation jusqu'à ce que nos revendications soient satisfaites", a déclaré Firas Mahaddine, un représentant du groupe, qui rassemble différentes tendances, dont des islamistes.
Des attaques la veille contre leur camp par des partisans du régime, puis l'intervention de la police anti-émeutes ont provoqué la mort d'un homme et ont fait plus 160 blessés.
"Vingt et une personnes ont été arrêtées et déférées devant les tribunaux", a annoncé à la presse le ministre de l'Intérieur, Saad Hayel Srour.
Le chef de la sûreté générale, le général Hussein Majali, a annoncé un nouveau bilan de "160 blessés, dont 83 policiers", soulignant que la police anti-émeutes et les gendarmes "ne portaient pas d'armes à feu".
Ces violents affrontements étaient les premiers depuis le déclenchement des protestations en Jordanie il y a trois mois. L'opposition islamiste ainsi que les mouvements de gauche et nationalistes réclament des réformes politiques profondes et des poursuites contre des personnes corrompues.
Après ces violences, M. Bakhit a accusé les Frères musulmans de "recevoir des instructions de dirigeants des Frères musulmans d'Egypte et de Syrie", et a déclaré que leur refus du dialogue signifiait leur choix "du chaos".
"Cela fait partie des inventions et des mensonges que nous entendons souvent", a rétorqué le chef des Frères Musulmans, Hammam Saïd.
Mais le Premier ministre, jouant l'apaisement, a réaffirmé samedi qu'il souhaitait toujours dialoguer avec les islamistes, qui refusent de participer à ces discussions tant qu'elles ne portent pas sur de "profondes réformes constitutionnelles".
Début février, le roi Abdallah II de Jordanie avait limogé le Premier ministre Samir Rifaï pour calmer la rue, mais l'opposition islamiste avait critiqué le choix de son remplaçant.
Selon les autorités, l'homme décédé vendredi dans les affrontements, Khairy Jamil Saad, 55 ans, a succombé à une "crise cardiaque".
Mais son fils Nasser a affirmé que son père avait "reçu plusieurs coups (de la part de gendarmes) sur le corps qui ont provoqué son décès". Et la famille refuse de procéder aux funérailles avant d'avoir obtenu des excuses officielles et la démission du ministre de l'Intérieur.
Après les violences, 15 membres de la Commission de dialogue national, mise en place par le gouvernement pour lancer des réformes, ont démissionné, accusant le gouvernement de "massacre" et de "manque de sérieux".
Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement ne permettrait plus de rassemblements "qui entravent la circulation, portent atteinte aux libertés des autres et affectent leur gagne-pain".

vendredi 25 mars 2011

Yémen: l'armée tire en l'air pour tenir à distance pro et anti-régime

Romandie (AFP)

SANAA - L'armée yéménite a tiré en l'air vendredi à Sanaa pour tenir à distance des partisans et des opposants au président Ali Abdallah Saleh, qui manifestaient en masse dans les rues de la capitale yéménite, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Des unités de l'armée, dont de nombreux officiers et soldats ont fait défection pour rallier l'opposition, ont procédé à des tirs en l'air pour empêcher les partisans du président Saleh de se rapprocher des jeunes protestataires, qui réclament le départ du chef de l'Etat.

Syrie: les manifestations anti-régime s'étendent, plus de 10 morts

Le Point

Les protestations contre le régime en Syrie se sont étendues vendredi à de nombreuses villes faisant plus de 10 morts, malgré l'annonce par les autorités de mesures sans précédent de démocratisation.

Parallèlement, des milliers de personnes ont défilé à Damas pour apporter leur soutien au président Bachar al-Assad, qui a succédé à son père Hafez à la tête du pays en 2000, et la télévision d'Etat a montré des images des manifestations pro-régime dans les principales villes.

L'annonce des mesures de démocratisation -possible annulation de l'état d'urgence, mesures anti-corruption, libérations d'opposants et augmentation des salaires des fonctionnaires, ne semblent pas avoir calmé la contestation populaire du régime autoritaire en place depuis 40 ans.

Les protestations ont continué à Deraa, épicentre de la contestation où des dizaines de personnes ont péri depuis le 18 mars, et ont gagné Sanamein, Daael, Damas, Douma, Banias et Hama où une révolte des Frères musulmans fut réprimée dans le sang en 1982, selon des militants des droits de l'Homme.

Des vidéos sur Youtube ont montré aussi des manifestations à Homs (nord-est) où des photos de Hafez al-Assad ont été déchirées, et à Lattaquieh, alors que des opposants ont fait état de protestations à Deir el-Zor et à Raqa (nord-est).

Dix personnes ont été tuées à Sanamein lors d'affrontements avec les forces de sécurité, a affirmé un haut responsable sous couvert de l'anonymat, sans vouloir donner de détails sur les heurts dans cette ville proche de Deraa, à une centaine de km au sud de Damas.

Selon un témoin, 20 manifestants y ont été tués. Il a expliqué que les protestataires avaient lancé des pierres sur le QG de la Sécurité militaire et les militaires avaient riposté en ouvrant le feu.

Des heurts ont également éclaté à Deraa, a indiqué un témoin en faisant état de quatre morts et au moins 20 blessés.

Selon un militant des droits de l'homme et un témoin, les forces de sécurité ont ouvert le feu lorsque les manifestants ont déboulonné la statue de l'ancien président Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad, et l'ont brûlée. Ils ont aussi arraché un portrait de Bachar el-Assad.

Les militants des droits de l'Homme ont fait état de 100 morts mercredi lors des manifestations à Deraa, une ville agricole de 75.000 habitants. Mais selon Amnesty International, 55 personnes ont été tuées durant la semaine de protestation dans et autour de Deraa.

Pour cette "Journée de la dignité" lancée sur Facebook, des centaines de personnes ont aussi manifesté à Damas après la prière à la mosquée des Omeyyades. Ils ont défilé en criant "Deraa, c'est la Syrie", "Dieu, la Syrie, la liberté et c'est tout".

Mais des contre-manifestations ont éclaté, et des milliers de partisans du pouvoir sont descendus dans la rue à Damas pour exprimer leur allégeance au président Assad.

"Avec notre sang et notre âme, nous nous sacrifierons pour Bachar" al-Assad, ont-ils scandé.

Des voitures dans tous Damas ont circulé en klaxonnant et les passagers arboraient des drapeaux syriens et des photos du président. Des fourgonnettes diffusaient des chansons patriotiques.

Selon un responsable syrien, un employé d'un club militaire a été tué par des manifestants anti-régime à Homs.

Dans un communiqué sur Facebook, "l'Union de la jeunesse syrienne" a appelé "Bachar al-Assad et les membres de son régime à démissionner" et à la mise en place d'un "gouvernement de transition formé de toutes les composantes du peuple".

Les Etats-Unis ont de nouveau condamné "avec force" les violences en Syrie, Londres s'est dit "très préoccupé" et le président français Nicolas Sarkozy a jugé qu'aucune démocratie ne pouvait accepter des tirs contre des protestataires pacifiques.

création d'un mandat de Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme en Iran.

Ministère Français des affaires  étrangères

La France salue l’adoption par le Conseil des droits de l’Homme, le 24 mars 2011, d’une résolution créant un mandat de Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme en Iran.
La France s’est mobilisée pour la création de ce mandat, qui va permettre à un expert des Nations unies d’examiner la situation des droits de l’Homme en Iran et de rédiger des rapports qu’il présentera devant l’Assemblée générale des Nations unies, dès sa prochaine session, et le Conseil des droits de l’Homme l’année prochaine.
Cette décision exprime la préoccupation de la communauté internationale face à la très grave dégradation des droits de l’Homme en Iran depuis 2009.
La France n’a pas cessé de condamner la répression qui s’abat sur le peuple iranien. L’Iran doit respecter les obligations internationales auxquelles il a lui-même souscrit. Il doit également, conformément aux termes de la résolution adoptée au Conseil des droits de l’Homme, coopérer pleinement avec le Rapporteur spécial et lui garantir l’accès à son territoire.

Jordanie: le dialogue peine à réaliser des progrès, risques d'explosion

De Randa HABIB (AFP)
AMMAN — Le dialogue national lancé en Jordanie, peine à réaliser des progrès, la puissante opposition islamiste ayant refusé de s'y joindre, alors que des analystes mettent en garde contre un risque d'explosion.
Une Commission de dialogue a été créée par le gouvernement le 14 mars pour se pencher sur l'amendement de la loi électorale et celle des partis politiques dans un délai de trois mois.
Les quatre membres de l'opposition islamiste invités à s'y joindre, ont refusé d'y participer exigeant que l'"ordre du jour inclue des réformes constitutionnelles qui donnent le pouvoir au peuple", a déclaré à l'AFP Zaki Bani Rsheid, chef du bureau politique du Front de l'Action Islamique (FAI), principal parti d'opposition.
Le chef de cette commission, le président du Sénat Taher Masri, a déclaré jeudi à l'AFP qu'il "poursuivait ses tentatives de convaincre les islamistes de se joindre au dialogue". Pour les encourager, la commission a décidé mercredi de mettre "les amendements constitutionnels" au menu de ses débats, a-t-il affirmé.
Elle examinera notamment "l'éventualité de confier au (pouvoir) judiciaire la supervision des élections législatives au lieu du ministère de l'Intérieur, la durée des sessions parlementaires et le mandat du président de la Chambre, qui nécessitent des amendements constitutionnels". "Jusqu'où peut-on aller dans nos débats ? Cela n'est pas clair", a-t-il cependant souligné.
Ces mesures ne semblent pas convaincre l'opposition.
"Ces amendements proposés ne sont que des changements de forme liés à la loi électorale, or nous demandons des changements de fond qui permettent la formation de gouvernements parlementaires", souligne M. Bani Rsheid. "Tout cela n'augure rien de bon, la commission patauge et elle a clairement les mains liées par un ordre du jour limité", estime pour sa part un ancien ministre.
"Le sentiment dans la rue est que tout cela est une perte de temps, surtout que la Jordanie avait élaboré en 2005 un +"Agenda National+, large programme de réformes qui s'est penché sur toutes ces questions, mais dont les recommandations n'ont jamais été appliquées", a rappelé l'ancien ministre s'exprimant sous couvert de l'anonymat. "Dans ce contexte, il est clair que l'echec signifie un risque d'explosion", a-t-il ajouté à l'AFP.
Même son de cloche chez le chercheur du Centre d'études stratégiques de l'Université jordanienne, Mohamad Masri, pour qui une "explosion est possible si le régime n'agit pas rapidement". Dans des déclarations à l'AFP ce chercheur a estimé que l'echec du dialogue risque de mener à l'établissement, par l'opposition, d'un pouvoir parallèle qui se chargerait lui même des réformes.
"L'échec du dialogue pourrait pousser les opposants à créer des commissions populaires qui se chargeraient des amendements constitutionnels demandés par le peuple, passant outre l'autorité de l'Etat", prévient M. Masri. Selon lui, "la nature de ces demandes pourraient se radicaliser".
En Jordanie, où des manifestations se poursuivent depuis trois mois, l'oppposition islamiste ainsi que les mouvements de gauche et nationalistes, n'ont pas appelé à un changement de régime, mais à des réformes politiques profondes et au jugement des corrompus.
"Taher Masri a le sentiment qu'il marche sur un champ de mines", a déclaré à l'AFP un membre de l'entourage du chef de la Commission de dialogue.
Outre les quatre islamistes, un militant politique indépendant Labib Kamhawi a refusé de participer à la commission, et le chef du mouvement des Militaires à la retraite, Ali Habashneh, a décidé de "geler sa participation", a-t-il annoncé à l'AFP. Des 52 personnalités invitées, la commission ne compte plus que 46 membres, dix jours après sa formation.

Bachar Al-Assad a transféré 6 Milliards de dollars à l'abri en Europe.

Selon des sources du BeirutObserver  ce sont  6 milliards de dollars appartenant à des personnes affiliées à Al-Assad qui ont été virés vers des comptes dans des banques en Suisse, Hongrie, Brésil, Chili et au Venezuela

Les sources ont indiqué qu'une telle procédure confirme ce qui a été publié , à savoir que Al-Assad passe un moment difficile, et a commencé à craindre l’effondrement de son pouvoir.

L'Iran envoie des renforts en Syrie. Les manifestants crient "Ni Iran , Ni Hezbollah !"

La dernière semaine le site BeirutObserver a rapporté que deux avions transportant des troupes de  la milice iranienne Basij ont atterri à Damas, samedi dernier.(L'histoire a été reprise par Kol Israël en arabe.)

Le but était de protéger le régime d'Assad des manifestations dans tout le pays.

le sites de nouvelles en arabe a également mentionné une vidéo YouTube montrant un enterrement d'une  des personnes tuées à Daraa cette semaine, les manifestants syriens scandant "Ni l'Iran ni le Hezbollah ... pour être un musulman qui a peur de Dieu."

100 Syriens ont protesté devant l'ambassade de Syrie à Dubaï hier, en disant qu '«Israël est plus clément que le régime syrien, elle [Israël] n'a pas fait ce qu'il [Assad] nous à fait» ils ont accusé la Syrie d'importer des combattants du Hezbollah pour mater les manifestations, eux aussi scandaient:  «Ni l'Iran ni le Hezbollah ..."


Voici une vidéo (attention images choquantes!) de l'oppression à balles réelles de manifestants désarmés en Syrie: